Notre savoir-faire

Retrouvez ici les sept étapes qui permettent de réaliser

vos écharpes et foulards dans nos ateliers de Banteay Chhmar (Cambodge).

Etape 1 : la teinture [Kar chrolk pnr]

Chez Soieries du Mékong, nous recevons les écheveaux de soie brute. La soie est ensuite décreusée (nettoyée), puis nous procédons à une teinture des fils à la main. Cette première étape de fabrication dure près de 8 heures et témoigne d'un vrai savoir-faire au fondement de l'éclat et de la profondeur de nos couleurs, rendant nos foulards si rayonnants et beaux !

Etape 2 : le bobinage [Rö Sot]

Cette étape consiste à dérouler la soie des écheveaux teints grâce au rouet et à la bobineuse. Les bobines de soie serviront à la préparation de la chaîne (qui représente la longueur des foulards) d’une part, et à la préparation des cannettes de trame (qui représente la largeur des foulards) pour le tissage d’autre part.

Etape 3 : L’ourdissage ! [Ontong]

Cette étape consiste à enrouler sur l'ourdissoir, de manière parallèle et selon un ordre précis, les fils de chaîne (en longueur) qui vont être installés sur le métier à tisser. Pendant cette étape, on définit la largeur du foulard et le nombre de fils qui le composent puis on uniformise la tension de la chaîne, indispensable pour le tissage.

Etape 4 : L’empeignage ! [Tchak Thmegn]

Chaque fil de soie est délicatement glissé entre les dents du peigne.

Il existe différentes tailles de peigne avec des dents plus ou moins espacées, ce qui permet de déterminer la densité des fils de chaîne. Ces fils sont ensuite tendus de manière égale et noués sur l’ensouple avant.

Etape 5 : Le nouage ! [ Thkö]

Les fils de chaîne sont séparés par des lisses de coton attachées à différents cadres. Les cadres sont liés ensemble aux poulies et attachés aux pédales du métier à tisser. Ils permettent de créer différentes ouvertures, qui sont nécessaires pour faire passer la navette et ainsi tisser. Le nouage permet ainsi de distinguer des couches de fils indépendantes et de déterminer ainsi le type de tissage (l’armure).

Etape 6 : Le tissage ! [ Tbagn]

Une fois le métier à tisser prêt, c'est au tour des tisserandes de mettre leur savoir-faire en œuvre. L'étape du tissage consiste à réaliser un entrecroisement complexe des fils de chaîne (sens de la longueur) et fils de trame (sens de la largeur), selon un dessin qui se répète. Le fil de trame est enroulé sur une canette placée dans une navette. La tisserande fait passer la navette entre les fils de chaîne grâce aux pédales du métier à tisser. Chaque lame correspond à une couche de fils. Une fois levés, ceux-ci créent une ouverture appelée foule, qui permet le passage de la navette. Le battant vient tasser le fil de trame, ce qui forme ainsi le tissu au fur et à mesure. 

Etape 7 : Les finitions ! [ Banhchob]

Les foulards sont lavés, adoucis, on y noue les franges et on brode le logo Soieries du Mékong au fil de soie à la main. Enfin, on ajoute une étiquette avec le nom de la tisserande qui a tissé le foulard, signature de l’artisane ayant confectionné le produit.

Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique